•  

    En hommage aux victimes d’Irma,

     

    Vent force 300 dans le ciel et dans mon cœur

    L'azur n'est plus que lambeaux à l'éclat menteur

    Le ciel éventrée de frictions en déraisons

    Des milliers de gravats étayant l'horizon

    La houle et les vagues éparpillées dans le vent

    Mon âme est cette morne falaise sombrant

    Celui qui pleure pour ceux que le vent emporte

    Ceux qui partent laissant une étoile morte

    Peu m'importe sous quelles drapeaux vous gisez

    Une soie de trois couleurs ou bien des milliers

    Je ne connaissais pas ces défuntes lumières

    Aujourd'hui je leur apporte mes pleurs et mes prières

    Car cet horizon des cendres des vies brisées

    Est celui qui règne en mon être saccagé

    Mes yeux et mon corps saignent devant toi, Irma

    Je meurs sans cesse sous tes sourires narquois

    Le flot de tes mots me frappe de plein fouet

    Mes rivages ne sont plus que récifs défaits

    Alors va te perdre ailleurs et laisse-moi vivre

    Si seulement je pourrais survivre et revivre

    Je suis déjà assez brisé, tu peux partir

    D'autre après toi viendront sans doute me détruire

    Car j'ai bien trop aimé l'océan et le vent

    Mais Éole ne m'aime, pas même mourant


    votre commentaire
  •  

    J'attends dans la rosée du matin
    J'attends dans la brise du soir
    Les feuilles ont pris leur couleur carmin
    Les fleurs sont devenues noires

    Empreins de cette morne lassitude
    J'attends de voir la neige blanchir les champs
    Ou de voir le soleil éclairé toujours aussi prude
    D'admirer le monde l’œil incandescent

    J'attends épris de contemplation
    Avec le vent partent mes noires idées
    Avec la nuit disparaissent mes passions
    Je ne sais plus de quel bois je suis fais

    Je ne sais pas ce que j'attends avec tant d'espoir
    Mais je suis là et j'attends tout de même
    J'attendrai de voir l'Homme accomplir ses déboires
    Et de voir s'éterniser le système


    votre commentaire
  • Personnage: Shake

       Voilà une esquisse d’un des personnages de l’Héritier des Dieux : Shake.  Si je le dessine c’est plus à but personnel, pour mieux le décrire ou le définir dans la fiction. Mais vous ne devez pas obligatoirement garder cette image pour vous « imaginez » Shake. Je pense que c’est mieux si vous avez votre propre vision du personnage.


    votre commentaire
  •  

    La vitre se parsème de gouttes

    Quelques flaques éparses sur la route

    Et derrière les traits chaotiques

    Tracés par la fine pluie, s’applique

    Un reflet un peu flou, presque estompé

    Le ciel et les forêts embrumés

    Le monde s’assombrit d’un noir mat

    Le bitume devenant noirâtre

    Sous seulement quelques gouttes d’eau

    Si haute par-delà les oiseaux

    Corps célestes peut-être déchus

    Tombant sur ces toits un peu perdus

    Et moi, qu’une ombre filant entre elles

    Inscrit quelque part dans ma prunelle

    Cette route noire et ce ciel gris

    Ces nuances de monotonie

    Appartenant à un faux automne

    Dans un trop fidèle monochrome

    Brisé par des reflets lancinants

    Les feux et les néons dans le vent

    Ce même vent qui effacera

    Ce paysage sans un éclat

    Brillant pourtant d’une beauté sobre

    Comme si Septembre était Octobre

    Qu’importe la beauté n’a pas d’heure

    Ni de lieu qui lui serait meilleur

     

    Note : J’ai écrit ce poème en regardant par la vitre alors que j’étais en bus. J’ai toujours trouvé à la pluie quelque chose de beau, une beauté qu’on ne trouvait pas ailleurs. Dans ce poème j’ai voulu montrer que chaque chose à une part de beauté et qu’il faut juste savoir la regarder du bon angle.


    votre commentaire
  •  

    Ci-dessous la liste de chacun des poèmes par ordre alphabétique (cette liste sera mise à jour à chaque poème publié) :

    Lire la suite...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires