• Fièvre estivale

     

     Le soleil enlace ma peau
    Elle s’embrase à son étau

    Et s’orne de rouille d’antan
    Se teinte d’or mêlé au sang
    Le vent et le ciel sont changeants
     

    L’orage tonnera sans pluie
    Les vagues iront voir mille vies

    Dans une caresse inlassable
    Elles languiront sur le sable
    D’un rythme quelque peu instable
     

    Comme ces petites lumières
    Qui traversent les rues de pierre

    Pour suivre un conseil ou un ordre
    Pour édifier un flou désordre
    Frôlant de peu la discorde
     

    Ainsi tourne parfois le monde
    Plus vite pour chaque seconde

    Quand l’horizon devient rêvé
    Le soleil baigne les vallées
    Comme les enfants dans l’eau dorée
     

    Alors l’herbe parait plus plage
    Qu’une étendue verte trop sage

    Chacune de ces vies fourmille
    En tissant de fil en aiguille
    Une vie qui jamais ne cille
    Je crois qu’on la nomme « Été »

     

    Note : J’ai écrit ce poème sur un thème proposé par Elrad, vu que j’avais déjà écrit un poème sur le printemps (Chloris) il me proposait d’en écrire un sur chaque saison, voilà donc mon poème sur l’été.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :