• Freyja



    Ça ce finit ici dans la terre meuble

    Alors ça ce finit sous le ciel aveugle

    Et putain qu'est-ce que j'envie les cieux

    Tu vois j'aimerai bien perdre la vue comme eux

    Ne plus rien sentir des vagues salées à mes yeux

    Ne plus rien voir de ton corps gisant sur la rosée

    Oublier mes mains portant ton corps au ciel

    Oublier mes mains sur le bois pour te porter en terre

    À frapper la terre pour frapper Hadès je crois

    À frapper la terre pour cracher à la face du monde

    Puisque même le soleil veut venir à se lever

    Mais je ne veux que la nuit pour étreindre la plaine

    Et si c'est le noir pour le monde, si c'est le zénith pour ma peine

    Alors tu vois moi je vais rester là dans la brume avec toi

    À pleurer, l'écume aux paupières, là devant des bouts de toi

    Mais je t'ai gardé Freyja, je te garderai tu sais

    Je veux croire que ta mémoire dansent encore dans les bras du vent

    Et que de la terre jusqu'au ciel, de Gaïa à Ouranos, il y a toi

    Puisqu'il y a ton nom au plus profond de cette planche de bois

    Puisque là-haut il y a une ombre blanche pour habiller la lune

    Et que jusqu'à l'Éther tes yeux rendent le ciel plus bleu

    Alors Freya tu as quitté ce monde corps et biens, je sais

    Mais il reste bien ton souvenir pour faire tourner mon monde entier

     

    03/10/2018


  • Commentaires

    1
    Legardiendel'histoir
    Jeudi 1er Novembre à 23:07

    Très touchant, un bel hommage à un petit être innocent

    C'est beau et puissant

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :