• Marchons, perdons, aimons

     

    Avançons droit vers l'horizon

    Cherchons, trouvons, perdons, aimons

    Vivons le jour, vivons la nuit

    Sans plus jamais de sauf-conduit

     

          Mes amis soyons enfin libre

    Vivons ouvriers ou félibres

    Vivons, mourons fous et ivres

    Qu'importe ce que nous disent les livres

     

    Mes amis vivons notre vie

    N'ayons plus peur des infamies

    Marchons jusqu'au bout de la Terre

    Perdons-nous dans l'éphèmere

     

    Allons voir le Tiers-Monde

    Voir si la Terre est ronde

    Nous avons eu la chance de naître

    Alors contentons-nous d'être

     

    Note: Vous avez peut-être remarqué que je ne fais pas de poème en respectant les règles des syllabes (ou métrique). C'est le seul poème que j'ai écris en respectant ces mêmes règles, c'est un huitain. Quand au texte je voulais faire quelque chose d'un peu "paillard" si je puis dire ainsi. Exprimant une certaine liberté mais aussi insouciance. Les deux derniers vers reflètent une idée qui revient souvent dans mes poèmes comme dans Pollution lumineuse.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :