• Moment d'éternité

     

    Note: Cette nouvelle ne s’inscrit pas dans mon univers mais dans le monde réel en s'inspirant de la tempête de 1987.

       Dehors il pleuvait. Les gouttes s’abattaient en rafale sur la lucarne de sa chambre. Arthur était assis sur son lit, il regardait les arbres agités par le vent et le ciel zébré d'éclair. C'était le 15 Octobre 1987 à Portsmouth en Angleterre. La radio avait annoncé une petite tempête ; Si c'était cela une petite tempête, alors Arthur n'imaginait pas ce qu'était une grande. Il ouvrit la lucarne, et s'aventura sur le rebord de la fenêtre. La pluie fouettait son visage. Les bourrasques mettant sa chambre sans dessus de sou. Les feuilles s'envolaient par la fenêtre et se faisaient balayer par la pluie.

     

       Arthur s'agrippa à la gouttière et commença à descendre les deux étages. Il descendait tout doucement, ses doigts glissaient sur le métal. Il continuait sa descente et vit sa prise se détacher lentement du mur. Ses doigts lâchèrent, glissant sous l'effet de la pluie, il chuta d'un étage. Il se rattrapa au rebord d'une fenêtre du bout des doigts, arrachant un hurlement de douleur. Il s'était accroché à la fenêtre de la chambre de ses parents. Tant mieux s'étaient eux à qui il voulait échapper en fuyant son chez-soi. Son épaule le brûlait atrocement, cela faisait tellement mal. Arthur tenta de calmer sa respiration. Mais il n'y arrivait pas. Le rebord auquel il était agrippé s'effritait et soudain  céda. Arthur chuta de nouveau un étage. Il heurta violemment le sol et perdit connaissance.

     

    *

     

       Cara... Cara Brown... C'était un crépuscule d'été, le vent soufflait doucement, le jour allait à sa fin et  teintait le ciel de lumières pourpres, le champ reflétait le soleil couchant, les nuages rosés s'écoulaient lentement dans le ciel... Tout était parfait, le lieu, les couleurs, tout... Mais Arthur n'en avait que faire, tout ce qui l'importait c'était la frêle silhouette qui se tenait en face de lui et son visage rassurant. Il n'en avait que pour ses yeux amandes qui le fixaient avec douceur, ses lèvres fines qui s'étiraient en un sourire aimant, son teint blanc et ses fins sourcils... Ses cheveux auburn qui s'agitaient au gré du vent. Il n'y avait qu'elle, pas le crépuscule, pas le monde, seulement Cara.

     

       C’était ce jour-là qu'il lui avait déclaré son amour... Depuis ce moment, dès qu'ils le pouvaient, ils se voyaient. Ils ne voulaient pas le dire à leurs parents, ils accepteraient peut-être, peut-être que non. Dans le doute ils préféraient ne rien dire. Ils venaient chaque jour au même endroit, un vieux lavoir où plus personne ne venait. Parfois ils retrouvaient l'autre, d'autres fois lui ou elle se retrouvait seul. Ils vivaient ainsi en espérant que le Ciel leur accorde une entrevue. Mais un jour - alors que cela faisait bientôt trois mois qu'ils vivaient leur amour dans l'ombre – les parents d'Arthur lui refusèrent cet amour. Ils prétendirent que ce n'était qu'un amour issu de la fougue de la jeunesse et rien d'autre et que dans quelques années il serait reconnaissant à ses parents de l'avoir privé de cette amour.

     

    *

     

       Arthur se releva péniblement. Il était tombé dans le buisson dont son père prenait tant soin. Ce dernier pourra toujours croire qu'un animal était tombé sur son buisson pendant la tempête. Qu'importe. Arthur ignorait combien de temps il était resté inconscient. Quelques secondes ? Plusieurs minutes ? Une heure ? En tous cas il était trempé jusqu'à l'os. Maintenant qu'il était sorti de chez lui, il ignorait où aller. La forêt lui apparut en premier. Mais à la vue de la cime des arbres qui semblait danser face au vent, il hésita. Pourtant cet endroit l'avait toujours attiré, et maintenant que la nuit l'enveloppait et que la pluie tombait en rafale, la forêt l'attirait d'autant plus.

     

       Tandis qu'il marchait vers la forêt en boitillant, il vit la lumière de la chambre de ses parents allumée. Il commença à courir sans savoir pourquoi. Chaque foulée lui faisait atrocement mal. Il ne savait pas pourquoi il courait, ses parents ne pouvaient le voir. Pourtant il courait encore  s’empêchant de hurler à chaque foulée. Il ne pouvait plus courir, il n'en pouvait plus, sa jambe lui faisait trop mal. Pourtant il courait encore. Ses jambes s'élançaient l'une devant l'autre sans qu'Arthur ne le veuille. Une de ses jambes s'immobilisa et il roula dans la boue. Il s'arrêta face contre sol, trempé et couvert de boue.

     

       Il releva difficilement la tête et fixa la forêt essayant de savoir ce que cachait ses ombres morbides. Sa raison lui disait de fuir, de retourner chez lui dans la quiétude oisive de son foyer. Mais quelque chose au fond de lui disait de s'engouffrer dans le sentier qui n'était que boue. Cette sensation au fond de lui effaçait tout le reste et brisait sa raison. Pour Cara il avait suivi une de ses aspirations qui brûlait au fond de lui, alors pourquoi là il ne suivrait pas ce sentiment qui tiraillait son être ? Tant bien que mal il se remit debout et s'aventura dans la forêt.

     

       Il marchait. Un pas après l'autre. Encore un, puis un autre. Le même rythme encore et encore pendant qu'il était perdu dans ses pensées. C'était hier que ses parents lui avait interdit de voir Cara. Il fuyait ses parents, mais n'était-ce pas seulement une idée stupide et éphémère ? Et en partant ainsi, il perdait Cara aussi, non ? Pourquoi faisait-il ça ? Si seulement il le savait... Peut-être devait-il faire marche arrière ? Renoncer et se coucher dans son lit comme si rien ne s'était passé ? Il fit demi-tour et tenta d’apercevoir les lumières de Portsmouth à travers l'orée du bois mais il ne vit rien.

     

       Il devait rentrer. Il trouverait un arrangement pour Cara, il le devait. Il commença à marcher vers sa ville natale, Portsmouth. Il refit exactement le même chemin qu'il y a quelques minutes, mais la ville n'était pas là, il y avait seulement la forêt.  Il s'évertua à avancer pour sortir de la forêt mais rien ni fit. Il était perdu, seul dans un endroit qu'il ne connaissait pas, dans la nuit... Seul... Sans défense...  La peur s'empara de lui, chaque ombre de la forêt semblait prendre forme humaine. Il cria. Il était terrorisé, il n'arrivait plus à bouger, les ombres étaient partout. Puis il y eut un éclair, la foudre, le feu, un craquement et plus rien.

     

    *

     

    • Cara ?

    • Oui, répondit-elle avec un sourire.

    • Tu me promets qu'on restera ensemble à jamais ?

    • Pas besoin de le promettre. C'est une évidence. Je t'aimerai toujours.

    • Moi aussi Cara, jusqu'à ma mort et au-delà.

     

    *

     

       Le ciel était bleu, sans nuage. Il n'y avait aucune trace de la tempête. Arthur, tenta de se relever mais quelque chose retenait son bras. Un arbuste était en train de pousser, les racines s'étaient enfoncées dans sa chair. Il retira vivement son bras s'arrachant une bonne partie de sa peau au passage. La douleur était insupportable, sa chair était à vif, son bras était en sang. Il hurlait de douleur, il tenta de se calmer en tenant fermement son bras. Sa vision se troubla quelques instants. Il ferma les yeux, respira lentement. Qu'est-ce qui se passait, diable ?

     

       Après un moment, il rouvrit les yeux. Son bras saignait toujours, mais il sentait moins la douleur. Il arracha un bout de son tee-shirt et se fit un garrot. Il n'était pas vraiment correct mais cela ferait l'affaire. Il se remit debout, il remarqua que de la mousse s'était installée sur de nombreuses parties de son corps, il l’enleva d'un geste anxieux. Les ombres n'étaient plus là, le feu non plus. La terre était sèche. Pourquoi ? Qu'est-ce qui n'allait pas ? Tout visiblement. Il devait rentrer à Portsmouth, s’il trouvait son chemin... Il ne reconnaissait plus la forêt. Un lieu n'est jamais le même de nuit ou de jour.

     

       Il ne savait absolument pas où était Portsmouth. Quel chemin avait-il pris pour venir ? Il n'en savait rien. La même sensation qui lui avait dit de s'aventurer dans la forêt lui indiqua un chemin à suivre. Un chemin étroit recouvert par les fougères et presque indiscernable. Il commença à marcher, le pas hésitant et le corps souffrant. Il n'aurait jamais dû partir. Surtout pas cette nuit-là. Quelle heure était-il ? Peut-être tôt dans la journée, peut-être pouvait-il rentrer avant que ses parents ne soient réveillés. Tant de « peut-être »... Non ils s'étaient sûrement levés tôt pour évaluer les dégâts de la tempête. Sa seule chance était de s'expliquer avec eux.

     

       Alors il marcha. Il marcha jusqu'au crépuscule, seulement quand la nuit allait envelopper les champs il sortit de la forêt. Il était visiblement arrivé d'un côté de Porstmouth qu'il connaissait très peu. Peu importe il s'aventura dans la ville. Évitant de suivre son envie de courir. Il marchait, longeant les murs, ayant peur qu'on le voit. Ceux qui le voyaient, le dévisageaient avec mépris. Ses habits étaient couverts de terre et de sang. Pourtant les gens se contentaient de le regarder passer, ne posant aucune question pour savoir ce qu'il avait. Arthur préférait cette attitude, qu'est-ce qu'il aurait pu expliquer ? Qu'il s'était enfui et qu'il était parti dans la forêt. ? Et là il avait cru voir des ombres se mouvoir et qu'il était tombé inconscient ? Et qu'après la végétation avait recouvert son corps ? Non. Il ne savait même pas ce qui était arrivé, il se contentait de vivre le moment présent sans le comprendre.

     

    *

     

     

       La nuit étais là depuis longtemps quand il arriva devant chez lui. La maison semblait avoir beaucoup souffert pendant la tempête. Une pancarte « A VENDRE » était accrochée à la grille du portail. Devant il y avait des fleurs fanées et des reste de bougies. Ses parents avaient l'air d'être parti. Mais où ? Il pouvait attendre ici, peut-être qu'ils reviendraient demain. Il faisait trop froid pour qu'il puisse dormir dehors. Arthur passa par-dessus la grille et entra dans la maison. Il appuya sur l'interrupteur, rien, un faible grésillement, rien d'autre. L'électricité avait été coupée. Il ne voyait que grâce aux lumières des lampadaires dehors. Les meubles étaient couverts d'un drap blanc. Pourtant rien n'avait bougé, un linceul blanc était juste venu couvrir les chaises, la table, les armoires... Tout.

     

       Seul le piano n'était pas couvert. Une partition était posée sur le pupitre, la même que quand il était parti : The Young Prince and the Young Princess de Nicolai Rimsky-Korsakov. Le morceau était relativement facile. Arthur s’assit et commença à le jouer, il avait l'impression de réveiller la maison, que les murs écoutaient. Il continua à jouer, il recommença, une fois, puis deux fois... Il ne s'arrêta plus. Il continua pendant plus d'une heure, ne se lassant pas de la mélodie. Jouer lui apportait une certaine paix. Ses doutes disparaissaient. Ses angoisses aussi. Il n'y avait plus que la partition en face de lui et le piano. Ses doigts semblaient flotter de touche en touche, il connaissait par cœur la musique. Il jouait en fermant ses yeux sans savoir pourquoi. Puis il s'assoupit.

     

    *

     

       Son réveil fut des plus brutal. Des mains l'agrippèrent et le jetèrent au sol. Un homme dans la force de l'âge se tenait en face de lui, une lueur haineuse dans les yeux. Il aboya une phrase peu compréhensible. Arthur cru comprendre qu'il lui disait qu'il n'avait pas le droit d'être ici. Arthur allait l'insulter copieusement quand il vit le fusil 22 long rifle pointé vers lui. Il bredouilla alors des mots d'excuses. L'homme l'empoigna fermement :

    • Qu'est-ce que tu dis sale môme ?!

    • Je suis désolé monsieur...

       Un sourire satisfait apparu sur les lèvres de l'homme. Arthur profita de ce moment d'inattention il frappa l'homme au thorax et s’enfuit à toutes jambes. Il entendit l'homme grommeler un chapelet de juron puis enlever la sécurité de son arme. Tandis qu'Arthur sauta à travers la fenêtre, une balle fusa, elle vint se planter dans l'encadrement de la fenêtre. Visiblement l'homme ne savait pas se servir de son arme. L'homme s'élança derrière Arthur. Si Arthur ne se trompait pas d'arme il lui restait encore huit balles. Il passa au-dessus de la grille et courut le plus vite possible en espérant distancer l'homme. Un autre coup fusa, il le rata encore. Mais Arthur savait que la chance pouvait tourner.

     

       Arthur s'engouffra dans une ruelle étroite. Trop étroite pour que l'homme le suive, mais assez étroite pour qu'il ne rate pas sa cible. L'homme enclencha une nouvelle fois la gâchette, la balle se planta dans la cuisse d'Arthur. Il hurla de douleur en même que l'homme, celui-ci avait mal mis sa carabine, il avait peut-être perdu une côte sous le recul. Mais il était toujours debout et entreprit de faire le tour du bâtiment pour rattraper Arthur. Ce dernier peinait à franchir la distance qui le séparait de la sortie de la ruelle. Il réussit avant que l'homme ne le rattrape. Il devait trouver un endroit où se cacher. Le cimetière était juste en face de lui. Il passa au-dessus du mur du cimetière et tomba violemment au sol.

     

       L'homme l'avait vu et s'engouffra lui aussi dans le cimetière. Il visait Arthur, ayant changé la crosse d’épaule. Arthur était au sol, sanguinolent, il tenta de fuir, vainement. Il heurta une tombe et tomba à nouveau au sol. L'homme dévisagea derrière Arthur et une larme coula sur sa joue. Il laissa son 22 long rifle tomber au sol, il fit le signe de croix et s'en alla la tête baissée. Arthur demeura désormais seul dans le cimetière, blessé mais sans aucune blessure mortelle. Il se retourna pour voir la cause du trouble de l'homme. Il vit une tombe de marbre ornée de cette épitaphe :

     

    Cara Lauwrence (1972-2001)

    et

    Arthur Lauwrence (1971-2001)

     

    Ici dorment deux êtres éternels

    Liés par les serments solennels

    Disparus plus vite que l'écume

    S'aimant dans leur amour posthume

     

    Note: J'ai écris cette nouvelle pour le concours Guy de Maupassant de L'AMOPA. Je suis d'ailleurs arrivé deuxième, j'attendais d'avoir les résultats pour publier la nouvelle. Ce que je voulais c'est donner l'impression d'une force supérieure, que le protagoniste ne contrôle pas vraiment ses actions. Mais aussi de ne pas donner toutes les clés pour comprendre l'histoire. N'hésitez pas à dire en commentaire ce que vous avez compris, et vos hypothèses pour expliquer l'histoire.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 14 Mai à 16:47

    WTF?!

    En gros j'ai trouvé ça génial!!! sauf que j'ai rien compris j'ai rien compris...

    J'ai cru comprendre qu'il était mort et que ses proches aussi d'où le fait qu'il n'y avait qu'une forêt avec des arbres qui semblaient vivants (pour moi c'est sa famille) et le petit arbuste qui s'était enraciné en lui c'était Cara etc. Par contre je ne sais pas qui c'est le vieux mais de là à traquer un ado de 16 ans jusqu'à un cimetière avec un fusil...

    ET il y aussi le fait qu'ils soient tous les deux morts en 2001...mystères et boules de gomme...

    Bref j'ai bien aimé mais je pense que ça serait fun que tu rallonges un peu ta nouvelle car mine de rien l'histoire est sympa car plein de mystères... dont on ne réponds pas... après les fins ouvertes j'adore^^ mais c'est compliqué avec cette nouvelle car les indices ne sont pas évidents

    En tout cas c'est super sympa et intéressant

    Continue comme ça !(j'ai l'impression de dire ça à chaque fois moi...)

    2
    Dimanche 14 Mai à 21:33

    Je t'avoue que j'avais pas vu cette possibilité. J'ai tout fait pour donner le moins d'indices possibles et qu'il y a une multitude d'explication possible. Mais je pense que l'intérêt d'une fin ouverte est de laisser l'esprit chercher et que si on dévoile ce que pensait l'auteur cela perds de son charme (par exemple Ridley Scott  avait, dans son film Blade Runner, laissé planer le doute sur l'identité du personnage principal, sauf que dans interwiew il a dévoile ce qu'était vraiment le protagoniste et à ce moment ce doute qu'il avait installé à disparu et ça a enlevé une grande dimension​ au film). Et puis on peut se demander si la vraie explication est celle de l'auteur ou s'il en existe tout simplement plusieurs.

    Tu l'as compris donc je n'expliquerait pas la "bonne version". Quoi qu'il en soit j'aime bien ta version, très symbolique ^^

    C'est vrai je m'y pencherai peut-être un jour ^^ C'est vrai que je me rends compte que j'ai quasiment laissé aucun indice, enfaite l'explication se trouve là où je n'explique rien en quelques sortes.

    Écoutes ça fait toujours aussi plaisir^^

    3
    siam
    Dimanche 21 Mai à 11:48
    Alooooors, je trouve ta nouvelle extrêmement bien écrite, t'as beaucoup de talent. J'ai compris que l'histoire ce passe dans le passé, Arthur et cara sont amoureux mais les parents d'arthur veulent empêcher leur amour. Du coup un soir de tempête arthur s'enfuit et se retrouve seul et perdu dans la forêt, trainé par une espèce de "force" ou d'instinct. Il perd connaissance et se retrouve dans le futur, notre présent. Il se rend compte que sa maison est a vendre et que lui et cara sont en fait morts. Pour l'homme qui le chasse c'est peut être son pere si il est toujours en vie. Apres je sais pas si le fait que cara et arthur soit morts la meme année veut dire quelque chose...
    Sinon très bien écrit et mené.
    4
    Lundi 22 Mai à 20:11

    Ça fait beaucoup de compliment^^ Merci

    Oui pour l'histoire je pensais plus à quelques choses comme cela. Bon après pour la mort de Cara et Arthur vous ne pouvez pas deviner. Il y a des détails sur l'homme qui pourchasse Arthur qu'on ne peut pas deviner aussi. Après il y a aussi le pourquoi de tout cela, où là il faut juste aller son imagination. En tous cas encore merci, ça fait plaisir de voir les différentes versions.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :