• Ophelia

     

    Tu es à des milliers de lieux d’ici

    Pourtant sans peur, sans gêne tu te ris

    Des pleurs que peut faire tomber le ciel

    Puisque leurs traces ne sont éternelles

    Elles ne gravent pas de mémorial

    Avec ton nom en lettres capitales

     

    Et que t’importe que les rives tremblent

    Si le monde sait à quoi tu ressembles

    Alors que les continents dérivent

    SI tu peux briser quelques incisives

    À coup de sourires esquissés

    Pour que tu puisses un jour les aimer

     

    Tu es la fille au bout du trottoir

    La même à la croisée des hasards

    Celle au cœur d’une foule ignorée

    Et dans un détour trop espéré

    Bourreau des cœurs aimants quelques jours

    Médecin des âmes sans amour

     

    Dans une soif de vie destructrice

    Quelque chose entre vertu et vice

    Qui te pousse à vivre en virtuose

    À voir en chaque instant une overdose

    Car si la vie ne te sourit plus

    Tu iras lui arracher ton dû

     

    Alors qui t’aime te suive en somme

    Toi, pour l’instant tu ne suis personne

    Mais ce jour-là tu courras si loin

    Sur des routes sans début, ni fin

    Consumant de ce qui te consumes

    Le terre, le ciel et leurs écumes


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :