• La route

     

    Des plaines à l'herbe jaunie, couleur de soleil
    Une forêt de ronces et quelques champs vermeils
    Sur une seule route, celle que je suis
    Ici des éclaircies et parfois de la pluie
    Faisant ployer les arbres ou fleurir chaque pré
    Le vent et les vagues liés ont même chanté
    La rive s'en souvient mais je n'y penserai plus
    Plutôt se défaire de ce que j'ai perdu
    Ce pont inondé et cette vallée de larmes
    Mais regarde là-bas sur le sol quelques armes
    Rouillées par cette pluie légèrement salée
    Sur la même route, celle que je me crée
    Celle que je dessine à l'encre de mes rêves
    J'y marcherai avant que le soleil se lève
    Car ce soir la nuit est douce et sans nuage
    En chaque endroit je ne serai que de passage
    Si tu veux goûter la terre, oublier le bitume
    Suis-moi sur la route avec au loin la brume
    Viens aussi mon ange apprend mes joies et mes doutes
    Choisissons ou inventons notre propre route
    Mais peu m'importe les sentiers trop bien battus
    Cela fait longtemps qu'ils ne peuplent plus ma vue
    Et je connais par cœur la route arpentée
    Des espoirs et quelques rêves désenchantés
    L'eau d'une marre qui se fait lentement sang
    Et des journées entières de soleil couchant
    Un chemin tellement glacé et couvert de givre
    Que j'aurais perdu mon cœur si je n'étais ivre
    Un pont en lambeaux, un brouillard d'or et l'abîme
    Quelques fois un jardin au-delà de nos cimes
    Des jours d'azur, d'autres de nuages et d'orages
    Une plaine sans vie qui n'est plus que naufrage
    Et ce n'est rien d'autre qu'un commencement
    Mais il faut bien qu'il dure le temps d'un instant
    Car il y en aura encore, j'en suis sûr
    Pour mes yeux sans doute, ce sera à usure
    Et je les verrai tous sans les attendre
    Des déserts faits de poussières et de cendres
    Des terres lisses de nacre et des ciels de marbre
    Des rivières asséchées et des forêts sans arbre
    De l'air trop empli de mort pour que je l'inspire
    Je ferai que le lieu de mon dernier soupir
    Ne soit jamais cette falaise d'ecchymose
    Mais cette plaine couverte de pourpres roses


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    le gardiendel'histoi
    Jeudi 20 Juillet à 22:42

    Beau et sombre à la fois

    demande à être relu 

    en tout cas ce poème fait voyager

    merci

    2
    Vendredi 21 Juillet à 20:29

    Oui c'est vrai qu'il n'y a pas de côté positif ou négatif que je voulais faire ressortir. Mais un équilibre entre ces deux opposés.

    Je viens de relire et je crois (j'espère) avoir corrigé toutes les fautes, c'est un poème que j'aime beaucoup et je n'ai pas trop fait attention aux fautes avant de le poster.

    C'est moi qui vous remercie (à vous tous) de me lire et de passer un bon moment avec ses lectures.

     

    3
    Siam
    Samedi 29 Juillet à 20:20

    Définitivement un de mes préférés, très bien écrit et bien trouvé niveau musicalité. Le texte est un bon mélange, sombre et lumineux, avec une touche d'espoir. C'est comme si la personne prenait en compte son passé (plutôt sombre, triste ou même douloureux) pour voir de l'espoir dans son avenir, avec une opposition entre ces deux mondes, passé et présent, mais pourtant mêlés.

    J'aime beaucoup ce vers : "celle que je dessine à l'encre de mes rêves"

    Continue de faire rêver les gens

    4
    Mardi 1er Août à 14:11

    Pour mon dernier commentaire j'ai fait une faute, j'ai écrit "ses lectures" au lieu de "ces lectures", désolé 

    Content qu'il te plaise, et en réalité c'est aussi mon préféré.

    C'est ce côté (je le disais dans le commentaire précédent) de retranscrire le bien comme le mal qui m'intéresse (une des questions du sondage en découle). Et cette "touche d'espoir" dépend de l’interprétation du lecteur. Bien que la fin soit une fin faite d'espoir le reste ne l'est pas.

    J'ai pourtant hésité à mettre ce vers (Celle que je dessine à l'encre de mes rêves), car elle me paraissait trop évidente, mais ce vers s'insérait très bien dans le passage alors je l'ai gardé.

     

    Je ferai de mon mieux

    5
    Mardi 1er Août à 23:12

    Et bien, et bien, tu t'es surpassé là mon vieux!!! Le fait de dire que c'est ton meilleur poème ne m'appartient pas, mais sache que c'est celui qui m'a le plus captivé et celui que j'ai le plus adoré (je ne sais pas si c'est français ce que j'ai écrit mais bon...)!

    6
    Mercredi 2 Août à 12:47

    Moi ça me paraît français^^
    Je trouve que mes poèmes sont de mieux en mieux (surtout quand je retrouve des poèmes que j'avais dû faire en sixième ou des encore plus vieux, je devais avoir 8 ans environ), et le fait de les partager n'y est pas pour rien. Alors merci pour tous vos retours

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :